Diffusion de l'oeuvre

Une diffusion de l’oeuvre en 3 phases.

En un premier temps, le jeune artiste, à l'ambition justifiée, essaie de faire sa place sur la scène la plus large possible; il participe aux confrontations cantonales (neuchâteloises) et nationales. La deuxième période de sa carrière est marquée par son établissement en Valais, qui, du point de vue de la diffusion d'une oeuvre artistique, constitue un réel handicap. Le créateur est sinon coupé, du moins éloigné de ses premiers collectionneurs. Certains viennent lui rendre visite dans sa retraite valaisanne. L'artiste n'abandonne pas tout à fait le Pays de Neuchâtel, où, dans les années vingt à quarante, il expose encore régulièrement, quoiqu'à intervalles plus espacés. Olsommer essaye de conquérir le marché valaisan, mais il ne bénéficie pas des infrastructures que l'artiste a rencontrées en territoire neuchâtelois, où la rivalité des Sociétés des Amis des Arts de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds vaut aux artistes une multiplication d'expositions. L'absence d'une véritable vie culturelle en Valais oblige l'artiste à trouver des solutions de rechange. C'est l'époque des expositions dans les halles et les salles à manger d'hôtels. La formule, expérimentée avec quelque succès en Valais, est étendue à l'extérieur du canton. Enfin, après la mort de l'artiste, le phénomène Olsommer prend de nouvelles proportions. Il y a tout d'abord une donation à l'Etat du Valais, dans le but d'installer, au Musée cantonal des Beaux-Arts, une salle permanente. Les expositions ensuite: elles se multiplient, en des lieux fort divers et inattendus, doublées d'une agressivité commerciale exemplaire et soutenues par l'édition de plusieurs livres, alors que du vivant de l'artiste, aucune publication n'était venu valoriser son oeuvre.  En 1995 enfin, est inauguré à Veyras le musée qui porte son nom.

 

FR |  DE |  EN
Musée C. C. Olsommer | Rue C. C. Olsommer | CP 14 | CH-3968 Veyras | | Plan du site